Retour sur...

Colloque : Stratégie à l'international et financement du commerce

Date et horaire : Jeudi 13 juin 2019

Lieu : Amphi D2, UFR droit et économie

Télécharger : Affiche & Programme

Contacts : 

Laurent Didier, docteur en sciences économiques

Université de La Réunion, CEMOI

laurent.didier[at]univ-reunion.remove-this.fr

Jean-François Hoarau, professeur en sciences économiques

Université de La Réunion, CEMOI

jean-francois.hoarau[at]univ-reunion.remove-this.fr

En résumé

A l’heure où le gouvernement français a décidé de transformer le dispositif traditionnel de soutien à l’exportation à travers un partenariat tripartite inédit entre les Régions, Business France et les Chambres de commerce et d’industrie (Team France Export), force est de constater que les performances à l’exportation des entreprises françaises font l’objet d’une attention grandissante de la part de l’ensemble des acteurs concernés. En effet d’après une enquête réalisée par TXF (agence d’information spécialisée sur les financements internationaux), obtenir des financements à l’export reste considéré comme le « plus gros challenge » pour 36 % des professionnels de l’export interrogés (exportateurs, banquiers, assureurs, acteurs publics, etc.). De plus, la France connaît un déficit commercial chronique où en matière d’exportation, toutes les régions françaises sont loin d’être égales.

C’est notamment le cas les Départements d’Outre-mer (DOM) qui connaissent un déficit commercial structurel et une très faible performance à l’exportation en raison de leur situation particulière (éloignement, étroitesse du marché, vulnérabilité, etc.).  Pour autant, La Réunion et Mayotte sont présentes au sein d’un espace régional dynamique et en plein développement où convergent différents flux commerciaux et émergent de vastes zones commerciales à l’instar du COMESA, de la SADC et des Accords de partenariat économique (APE). D’ailleurs en termes de perspectives des activités exportatrices françaises, les professionnels français de l’export (sondage TXF) placent en tête l’Afrique comme première zone d’exportations à l’avenir(57 % des sondés). C’est donc dans ce contexte qu’une stratégie de développement international des entreprises a été mise en œuvre par les autorités locales afin de mieux tirer profit de la triple appartenance de ces DOM à l’espace national, européen et indien-océanique en palliant aux difficultés rencontrées.

Ainsi aujourd’hui, près de 80% des échanges mondiaux bénéficient d’une forme ou d’une autre de financement ou d’assurance-crédit selon l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Cependant, des lacunes importantes en matière d’offre de financement subsistent pénalisant alors de nombreuses entreprises, surtout les PME, qui souhaitent se tourner vers l’international en n’ayant pas accès aux instruments financiers dont elles ont besoin. En l’absence de financement du commerce, le potentiel de croissance et de développement sera lourdement affecté en privant les entreprises de ressources nécessaires pour faire du commerce et se développer. Effectivement, la littérature académique en la matière a mis en évidence plusieurs conclusions : les exportations des entreprises sont sensibles aux conditions de financement ; les chocs subis par les banques ont un impact sur la performance export des entreprises ; une meilleure adaptation de l’offre des banques aux besoins des exportateurs réduirait les freins à l’export en France. Nos DOM, et plus généralement la France, ne sont pas épargnés par ces contraintes qui nuisent à leur capacité de se développer à l’international. Par conséquent, l’objet de ce colloque sera d’établir un état des lieux des enjeux et des opportunités des stratégies à l’international et du financement du commerce afin d’apporter des éléments de réflexion pour faciliter l’insertion de notre territoire dans le commerce régional voire international.

 

Les photos